Les chevaux voyagent sur notre planète depuis 50 millions d'années. Ils ont survécu à tous les défis de la nature. En qualité de proie, ils ont développé un rapport non-prédateur avec leur environnement. Leur groupe social est en recherche constante d'équilibre avec un minimum de conflits et une incontestable préférence pour la coopération. A côté, il y a nous, l'espèce humaine, à peine âgée de 3 millions d'années dont l'avenir semble déjà compromis entrainant dans notre destinée de nombreuses espèces. Se peut-il que le règne animal ait gardée vive la mémoire d'un art de vivre que nous avons perdu en chemin ? En effet, nous trouvons avec les chevaux une source d'inspiration, ils représentent pour  nous l'archétype de l'espoir souverain.

C'est cet espoir que nous proposons de chevaucher avec eux car ce sont nos rêves d'amour qui nous font avancer et désirer l'avenir.

Il n'y a pas d'avenir sans conscience collective et celle du règne animal est plus exacerbée que la nôtre. Retrouver notre compétence naturelle à communiquer avec cette conscience vibratoire qui nous environne, nous donne accès non seulement à la joie de cet échange mais aussi à la gratitude qui nous inonde lorsque le sens d'une épreuve nous est révélée.

C'est probablement cette rupture de communication de l'homme avec les autres règnes qui nous a conduit à l'état d'urgence écologique qui menace notre futur. Nous chevauchons l'espoir chaque fois que nous choisissons une autre réalité que celle   de la maltraitance ordinaire qui dans notre croyance devient une fatalité inévitable.

 Au coeur de la nature et dans les yeux d'un animal non humain nous pouvons réintégrer un espace merveilleux qui nous constitue et dont nous nous sommes amputé. C'est cette conscience élargie qui définit notre qualité d'être humain, notre identité réelle.